mardi 14 mars 2017

Ne jamais se prendre la tête

Je me douche. Un jeune homme baraqué et très brun fait de même. Il me regarde. Il a l'air jovial, effronté même. Il s'approche de moi et me touche les fesses. Ce cul que tu as ! s'exclame-t-il. Je suis légèrement surpris, par sa manière de m'aborder, sans froid au yeux, pas tellement par l'absence de préliminaire, sans s'être longuement fixés, suivis ou croisés dans le dédale, mais par le lieu, ce n'est pas si courant dans les douches. Et puis, on ne m'a jamais dit une chose pareille.

lundi 13 mars 2017

Bimbo passée

Je prends le café en terrasse, au soleil. A la méridionale. Je suis seul mais si on était plusieurs on serait aligné, dos à la vitre, le regard vers le trottoir et la route. La poste est juste à côté. Une grosse voiture s'arrête en double file, sur l'autre rive. Une BM. On voit à peine le chauffeur mais il a l'air massif, grisonnant, dégarni. Elle sort de la place du mort. Elle attire forcement l’œil.

vendredi 10 mars 2017

Chabadabada

La montagne s'engrisaille sous la lumière  d'un jour ensoleillé où il fait bon s'installer à la terrasse d'un café. Ils viennent de se quitter.

jeudi 9 mars 2017

De la journée de la femme

C'était hier. La journée de la femme n'est pas une fête. Si tu as ramené un bouquet, fait inhabituellement la vaisselle, proposé de faire cric-crac ou je ne sais quoi encore, c'est que tu t'es trompé de jour même pire que ça.

mercredi 8 mars 2017

Qui suis-je ?

J'ai toujours été curieux des tests psychologiques. La première fois que j'ai bricolé sur un ordinateur au club informatique du lycée, le programme consistait justement à faire tourner un test récupéré sur le quotidien qu'on lisait à la maison. Je me souviens encore du titre, "êtes-vous prisonnier de conventions courantes ?", et aussi du rouleau de sauvegarde que je dois encore avoir dans une boite par là. Le test était basique, mais ce qui m'avait amusé c'est que je ne l'étais pas. Là ce coup-ci j'ai fait le test de l'Hexaco, après avoir lu les résultats de Tto puis de Tambour-Major.

samedi 4 mars 2017

De choses en apparence anodines qui changent le regard

"Parce que... je suis une femme et que donc, vous concernant, vous ne pouvez pas être bien à moi (...) Je vous souhaite du bien à vous et non pas par un mot-à-mot qui signifie ce que ça signifie (Votre dévoué, par exemple)."
C'est que m'écrit cette lectrice après avoir lu mon précédent billet. Je souris de ma naïveté qui a jusqu'alors masqué le double sens possible de l'expression comme il a fallu qu'on m'explique un jour cette contrepèterie que j'entendais pourtant depuis des mois et avec laquelle Augustin Trapenard interpelle Patrick Cohen tous les matins que France Inter nous donne. Salut Patrick ! pour ceux qui sont rivés sur une radio sans ingénieur du son.

lundi 20 février 2017

Bien à toi

C'est une lectrice qui m'écrit "Comme un post-it à moi-même : réfléchir au pourquoi du comment que le bien à vous, chaque fois que je le lis, me fait un effet Brrr! souriant. :)".
J'avais hésité sur le bien à vous.

mercredi 15 février 2017

Glanes #24 ces posts que je ne ferai plus

Février est un mois en creux. Tu le sais depuis toujours. Tu te souviens bien sûr du procédé mnémotechnique qui permet de retrouver le nombre de jours de chaque mois. C'est marrant, j'hésite encore parfois pour novembre. Puis je me dis, ben non, octobre c'est 31 - je le sais car j'ai un anniversaire à cette date - donc novembre c'est après, donc c'est 30. Je pourrais aussi bien penser que décembre c'est aussi 31 passe qu'il y a le réveillon. Ben non, je ne le fais pas dans ce sens. C'est comme ça.

mardi 14 février 2017

Je devais prendre le train

Rien ne se passe souvent comme je l'avais prévu. On pensera à un lieu commun. Pourtant nombre de vies sont bien réglées et laissent peu de place au hasard. Moi, j'ai beau planifier et essayer d'organiser, la part d'aléas reste exceptionnellement élevée dans ma vie. Tiens par exemple ce dernier jour où je devais prendre le train pour partir en réunion dans cette ville que j'aime tant.