samedi 27 décembre 2014

Glanes #3 fin de série

Je continue sur ma lancée, d'autant que c'est mon seul billet de la semaine. Je n'ai pas pu faire mieux. Je sais que tu attends que je te raconte ma soirée de lundi en 8, avec ce Théo qui occupe mes pensées depuis, comme Rod, dont je n'ai toujours pas parlé, l'avait fait l'année dernière. Deux cadeaux de Noël avant l'heure, deux récits encore à venir...

samedi 20 décembre 2014

Glanes #2 empreintes

Avec cet article hebdomadaire, je peux noter au fil de l'eau, puis le samedi matin, un petit clic, c'est génial. Ceci dit cette semaine, je n'ai pas glané grand chose, j'ai même l'impression d'avoir très peu pensé, j'étais dans le nuage de ma soirée de lundi dont je ne t'ai pas encore parlé...

lundi 15 décembre 2014

La passion de l'homme-cheval

Si tu m'as connu à mes débuts, tu sais que le 14 décembre n'était pas seulement l'anniversaire de ce blog mais aussi celui de l'extinction d'une étoile. Le blog entre2eaux avait cessé. Oh brille désormais dans une autre galaxie. Et le lendemain, comme aujourd'hui, Oh prenait un an de plus... Petit hommage, légèrement prétentieux car je n'arriverai jamais à la cheville de ses posts opéras.

dimanche 14 décembre 2014

L'insoupçonnable légèreté de mon être

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de ce blog et c'est aussi le centième billet. Je t'avais déjà annoncé le numéro 100 mais Blogger m'avait trompé car la vue d'ensemble comptabilise aussi les brouillons... J'avais pensé te faire un bilan quantitatif voire lancer la grande enquête à laquelle je pense depuis plusieurs mois, eh bien non, je vais effleurer autre chose...

samedi 13 décembre 2014

Glanes #1 enfin à quai

Comme je suis terriblement lent à écrire et que je n'ai pas assez de temps pour te livrer des posts quotidiens à partir de ces petits riens qui me traversent l'esprit à tout moment et s'enchainent de fil en aiguilles comme dans la comptine des trois petits chats, tu sais celle qui va avec des jeux de mains, je vais essayer de te faire partager mes glanes une fois par semaine sous forme de miscellanées, même si j'éviterai ce dernier mot par trop pompeux. Il n'est pas certain non plus, ou aussi, je te laisse choisir, que je sois très littéraire. J'en resterai au genre plus rural de la glane.

vendredi 12 décembre 2014

Lukas et moi

Nous nous accompagnâmes pendant des mois. A distance. Nous nous écrivions, nous discutions sur msn. Je l'ai revu deux fois encore néanmoins.
La deuxième fois c'était quelques mois plus tard. Nous avions très envie de nous revoir mais nos agendas concordaient toujours aussi peu.

jeudi 11 décembre 2014

Mon baiser de l'hôtel de ville

A mes débuts sur le tchat de Tétu, j'avais trouvé un malouin sympa. Il était même devenu mon prince charmant. Mais la probabilité qu'on puisse se rencontrer était vraiment faible. Il discutait très souvent avec Lukas, un belge en couple hé avec enfants comme nous. Avec lui aussi sa proba était proche de zéro. Un jour il nous a mis en relation.

samedi 6 décembre 2014

mardi 2 décembre 2014

Toujours des b...

J'ai déjà expliqué que j'ai découvert fort tard la grande diversité du sexe masculin. Il m'en est resté une grande curiosité qui ne serait peut-être pas si j'avais saturé mon regard à l'adolescence. Par la suite je n'ai guère été confronté à de gros calibres. À part Lucien.

samedi 29 novembre 2014

A bon port

Finalement, j'y suis arrivé... Ramener le bateau vers des eaux plus calmes.
Dans quelques jours nous serons à quai et je pourrai vraiment souffler. Bien sûr, tout ça est très imagé et tu ne te doutes sans doute pas de ce que j'ai vécu.

jeudi 27 novembre 2014

Ça aurait pu mal tourner

C'est ce que me dit Romain. Ma belle histoire d'hier. Es-tu allé lire la deuxième partie des commentaires sur le billet de Quentin quand la fille ho pousse son cri (désolé, je j'arrive pas à utiliser lesbienne, je trouve ce mot hideux)  ?
Sur la forme, nos histoires sont très différentes, mais sur le fond ? Faut-il pousser à bout un hétéro ?

mercredi 26 novembre 2014

Devrais-je en avoir honte ?

C'est un commentaire sur le dernier billet de Quentin Mallet qui me trouble et a fait rejaillir cette histoire. La deuxième fois où je suis passé à l'acte avec un garçon.

mardi 25 novembre 2014

Cinquantièmes hurlants

J'ai toujours été fasciné quand les éléments se déchainent. Tant que ça ne bascule pas dans la catastrophe bien sûr. Le moment le plus intense que j'ai vécu fut une tempête sur un navire de guerre.

dimanche 23 novembre 2014

En attendant mieux

Je traverse un petit passage à vide. Voilà une semaine que je n'ai rien écrit alors que je commençais à devenir régulier. Mais voilà, je suis sous pression en ce moment et ça me confine à l'épuisement.
Ce n'est pas faute d'avoir essayé, ni d'être inspiré par ma vie quotidienne ou par tout ce que je lis. J'ai plusieurs posts en chantier, mais aucun n'est publiable.

dimanche 16 novembre 2014

SSR négociable

Je n'ai jamais bien compris qu'on puisse écrire dans un profil plan cul, SSR négociable. Ça ce passe comment, on échange ses analyses et on fait l'impasse sur les 3 derniers mois ? Je te parle de la première fois, après oui il peut s'installer la confiance, mais si c'est inscrit dans le profil c'est que c'est possible tout de suite, non ? Tu vois, j'ai encore plein de choses à apprendre.

samedi 15 novembre 2014

Tout oublier










Ce matin là, il y a deux jours, je savais ce que j'allais pouvoir écrire.
Je ne l'ai pas fait tout de suite.
Et j'ai tout oublié.

vendredi 14 novembre 2014

Toute première fois

C'est le dernier post de Chris qui me rappelle cette histoire. Il est question d'ambiance et de considération des twitteurs et des blogueurs pour leurs suiveurs.
C'était à une époque où la blogosphère n'avait pas éclaté. Je suivais particulièrement un blog et je ne connaissais pas ceux que je lis aujourd'hui. J'aimais bien ce blog, son graphisme, les belles images mises en ligne, la qualité des textes, en général sur l'actualité, même si je n'en partageais  pas la plupart des idées. Mais ça ne me gênait pas non plus de lire le Figaro dans l'avion.

mercredi 12 novembre 2014

En suspens

Le temps s'était arrêté un jour de plus. J'avais pris l'air, couru, bu de bons vins, oublié ce qui m'attendait au retour ce matin,
Oublié ou presque, pas au point de ne pas me réveiller la nuit.
Mes pensées s'envolaient souvent vers mes hommes.

mardi 11 novembre 2014

Le repos du guerrier

C'est bizarre je trouve de fêter le 11 novembre 1914 comme si on était déjà en 18. Mais c'est ainsi et j'irai quand même rendre les honneurs. Et aujourd’hui tu n'auras pas droit à un post plus ou moins scabreux car c'est le repos du guerrier.

lundi 10 novembre 2014

Cette putain d'empathie

Toutes ces petites choses auxquelles je suis sensible.
Ces mots que je lis entre les lignes, cette expression de ton visage que tu n'as même pas sentie, mais que j'ai vue et qui m'a touché.
Ces moments dont tu ne te souviendras pas mais que je n'oublierai jamais.

dimanche 9 novembre 2014

Sur les genoux

Je me demande bien comment j'ai pu me retrouver avec Lou sur les genoux alors que je conduisais. Nous revenions d'un pays montagneux. Puis il est là face à moi avec son beau sourire. Je suis un peu surpris. Il devrait être sur le siège du passager. J'arrive pourtant à conduire.

samedi 8 novembre 2014

Les jours se suivent...

J'étais rentré des chrysanthèmes avec une escale de deux jours dans la ville que j'aime. Mes contacts étaient prévenus et n'avaient qu'à bien se tenir... Mais le dimanche soir, personne ne s'était connecté ! Comme quoi il vaut mieux éviter de se prendre pour un objet sexuel. On évite ainsi quelques déconvenues.

dimanche 2 novembre 2014

Exorcisme

Je n'avais rien prémédité, au contraire je ne voulais pas faire cela, et puis ça s'est passé ainsi. Avec l'âge, j'essaie de tracer une route plus droite.
Je rentrais au pays pour les chrysanthèmes. J'avais combiné un trajet avec mon site favori en la matière dont je ne ferai pas la publicité ici. Une possibilité de revoir Romain était apparue.

samedi 1 novembre 2014

A poils laineux

En ce jour de chrysanthèmes, je vais essayer de ne pas te donner le bourdon. Et pourtant je peux te dire que j'ai de la matière. Car je suis au pays et j'honore les mémoires. Ce qui en soit n'est pas nécessairement triste, sauf quand on le fait avec une personne au bout du chemin, et que chaque pas, chaque angle de vue fait monter l'émotion qui te prend à la gorge. Alors je vais plutôt te parler d'un bel animal à poils laineux...

jeudi 30 octobre 2014

L'os de Dionysos (4)

Au petit matin, je n'avais pas d'autre message de Steve. Martin était connecté, je lui ai promis de faire mon possible pour un entre midi et 2. Même s'il prenait les choses de manière détachée, l'empathie m'avait gagné et j'avais envie de lui faire ce plaisir. On s'est même appelé pendant mon trajet autoroutier...

mardi 28 octobre 2014

L'os de Dionysos (3)

Entre temps j'ai regardé où en était Martin. Il m'avait laissé un message. L'ambiance étant retombée, il était parti se coucher. On avait eu le temps d'envisager un rendez-vous le lendemain, je n'avais donc pas trop d'états d'âme. Et Steve du T. là, au bout de la caméra...

samedi 25 octobre 2014

L'os de Dionysos (2)

Steve du T. est assis sur son lit, en caleçon et tee-shirt. Je revois son visage. Je le trouve vraiment mignon. Nous renouons le dialogue. Au clavier car il ne peut pas mettre le son. C'était quand ? On avait parlé de quoi ?

vendredi 24 octobre 2014

L'os de Dionysos (1)

Je chattais avec Martin depuis quelques jours. Il fait partie de ces contacts assez évidents avec les lesquels une belle rencontre se dessine. Nous étions partis pour passer sur skype et je dois dire que ça faisait bien longtemps que je n'avais eu une conversation coquine avec cam.

mardi 21 octobre 2014

Retraite


Au seuil de la maison de retraite, il m’a dit, alors ici c’est pour toujours ?

lundi 20 octobre 2014

Un nouveau voisin ?

Ça bien longtemps que je ne cherche plus à savoir qui sont mes voisins d'en face. C'est une maison en location à renouvellement rapide. J'ai l'impression que les locataires ont changé il y a 18 mois. Je crois. A moins que ce ne soit le locataire qui ait changé de compagne car lui me semble bien ressembler au précédent. Mais je suis sûr que ce ne sont pas les mêmes enfants. Tu me diras qu'elle a pu partir avec les gosses et la nouvelle arriver avec les siens.

dimanche 19 octobre 2014

Plug and play

Si ta grand-mère ou ton petit frère ou encore Christine Boutin ne connaissaient pas l'existence des plugs anaux, eh bien c'est raté,

samedi 18 octobre 2014

Chant d'été

J'avais commencé par branler un mec sur la première aire. Je devinais son visage dur et anguleux dans la nuit. De temps à autre la lueur des phares éclairait son sexe. Il gardait les mains dans les poches et ne m'a pas touché.

jeudi 16 octobre 2014

Modèle top pas top

Je m'emmerde grave. Tout ce trajet pour ça. J'écoute. J'essaie de me concentrer sur les explications. J'ai toujours eu du mal avec les matrices. Je vois le sourire satisfait de l'orateur. Un coq. Le visage légèrement rouge, il se tient bien droit. Il a la rigidité de son modèle. Il vaut mieux sinon son abdomen rebondi tomberait en ventre.

mercredi 15 octobre 2014

samedi 11 octobre 2014

Instantané (2)

Stan ne s'est pas connecté. En fait, il a dormi toute la journée. J'ai passé la matinée à bosser dans ce bistrot de quartier. Les figures stylées et éternelles étaient là. J'écoutais d'une oreille distraite ces brèves de comptoirs anodines, ces voix tonitruantes, gravement atteintes par l'excès de clope ou chevrotantes de la cuite de la veille. Le patron avait fini par me ramener un croissant et je pianotais péniblement sur mon ordi, la souris n'accrochant pas très bien. De temps en temps je regardais mon appli, guettant les lumières rouges.

mardi 7 octobre 2014

Performance

Je rentrais de loin. J'avais laissé mon passager aux portes de la ville. L'un des derniers post de Quentin m'avait un peu chauffé la libido. J'étais aussi resté un peu sur ma fin d'un rendez-vous raté. Non pas l'attente de Will, mais une autre expérience de débarquement chez un inconnu en août dernier.

dimanche 5 octobre 2014

Instantané

Je suis descendu du train. Au même instant, à l'autre extrémité du wagon, le jeune contrôleur posait le pied sur le quai d'un mouvement souple. La casquette bien visée sur sa tête, une polaire sombre enveloppait son torse mince.

vendredi 3 octobre 2014

En attendant Will

J'étais allongé nu sur une couverture avec mon téléphone. Dans la chambre d'hôtel, il y avait si peu de prises de courant que je n'avais eu d'autre choix pour recharger mon téléphone en attendant un signe de Will. Nous avions prévu cette soirée la semaine précédente. Il devait arriver vers 21 heures.

dimanche 28 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (5)

http://humanoides.free.fr/press-65.html
Il est allé se doucher, puis moi. Nous nous sommes retrouvés ensuite sur le balcon. Les villages de mon enfance, au fond de la vallée ou juchés sur la montagne, scintillaient comme des étoiles. Nous avons parlé de nos vies en grillant une cigarette, puis en buvant cette bière que j'avais refusée au début. Je l'ai quitté dans un tendre baiser.

vendredi 19 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (4)

Je l'ai suivi des yeux. Il avait tourné à droite dans le couloir. J'ai fini de me déshabiller dans le salon. J'ai seulement enlevé mon caleçon en entrant dans la chambre. Une grande chambre avec une cheminée d'appartement. La fenêtre était ouverte et les volets entrebâillés, laissant passer la lumière de la rue et le bruit du café du coin. Il me regardait allongé sur son lit, un grand lit juste couvert d'un drap bleu.

mercredi 17 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (3)

L'appartement était au deuxième étage d'un immeuble ancien au bord de la vieille ville. Il fallait grimper un bon escalier sombre. La sonnette ne marchait pas mais il a senti que j'arrivais puisque la porte s'est ouverte avant que je ne commence à frapper. Je l'ai trouvé encore plus beau que sur les photos. Il m'avait prévenu que son sourire était trop éclatant à son goût, et moi j'ai adoré aussitôt.

lundi 15 septembre 2014

dimanche 14 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (2)

Il m'était déjà arrivé une fois d'aller chez un inconnu que j'avais déniché sur un site de rencontre. Un coiffeur, mais je crois que ce détail n'a pas d'importance pour la suite. Au début de mes expériences, c'était la phase plan cam, sur msn, assortie ou pas d'une suite réelle. Le plan cam avait mal tourné.

samedi 13 septembre 2014

Je tremblais quand il a ouvert sa porte (1)

Ainsi donc, je tremblais de peur en montant ses escaliers. Nous étions en contact depuis plusieurs semaines. Je lui avait envoyé un message sans imaginer de suite. Ma question était simple. C'était un des rares qui se connectait dans ce coin perdu où je venais me retirer de temps en temps pour m'occuper du passé. Je voulais juste savoir s'il y avait des lieux de rencontres. Certes il était très attirant, mais certainement trop pour que je me fasse des illusions.

samedi 6 septembre 2014

Prend mon pied

Quelle propension avons-nous à vouloir nous dévoiler, un peu, beaucoup, mais pas trop  ! Quand vient le moment de livrer des images de nous-mêmes ? Qu'est-ce qui nous fait franchir ce cap ?

mercredi 3 septembre 2014

Tu as déjà eu tes ragnagnas ?

Cette question s'adresse évidemment aux 54,15 % de mes lecteurs de sexe masculin (estimation de google analytics sur les 8 premiers mois de l'année). Je ne vois pas l'intérêt en effet de poser la question à mes lectrices (car j'ai donc plus d'une lectrice !).

dimanche 27 juillet 2014

Bites

Le sexe d'un amant précieux est comme la bitte d'amarrage au bateau.

vendredi 25 juillet 2014

Et il a suffi d'un rien

J'avais écrit une dizaine de lignes, commenté deux posts, et puis la femme de ma vie avait souri ce petit matin, on avait échangé des mots simples, il faut dire que la tête brune allait mieux et comme la vie tourne à son rythme, devant le miroir, je ressemblais à nouveau à quelque chose, j'avais même dominé mes cheveux en une coiffure acceptable.

mercredi 23 juillet 2014

Comment je me suis fait peur dans le jour

Le temps a filé, à nouveau. Je n'arrive pas à me poser assez, j'ai tant de choses à faire. Et puis lui, si vieux, là-bas dont la tête s'en va peu à peu. Et puis lui, si jeune ici, dont la tête est trop pleine, envahie par toutes ces pensées, ces perceptions qui ne sont que les siennes mais qui déforment le monde.

vendredi 4 juillet 2014

L'histoire de Maurice. 2, comment il m'a capté

Cela fait trois ans jour pour pour jour. J'ai raconté le tout début et la fin de l'histoire de Maurice. Je devrais dire peut-être mon histoire de Maurice ou avec Maurice. Il me reste aujourd'hui un doux souvenir. Je crois que la nostalgie s'est effacée à peu près. J'ai fait du chemin. Lui aussi sans doute, je n'ai pas de nouvelles. Mes mels sont restés sans réponse, mon sms annuel pour son anniversaire également. De temps en temps je cherche ses traces sur le net. Je sais qu'il a déménagé ou du moins changé de lieu de travail. J'ai trouvé une vidéo de l'été dernier, où il danse, à deux, une fille. C'était agréable et émouvant de revoir son visage. Je n'ai des photos que de dos. Mais la plus belle image de son visage est dans mes pensées.

jeudi 19 juin 2014

La pire chose qu'il me soit arrivée dans le noir


Un jour, il m'est arrivé un truc de fou, hallucinant et flippant, je n'en suis pas encore revenu. C'était en juin dernier. Attention c'est très cru mais si jamais tu cliques sur suite, tu peux me croire c'est du vécu. Dialogue avec mon ange gardien.

samedi 14 juin 2014

Pour en finir avec ce corps

J'avais publié enfin ce texte écrit depuis des mois. Il m'est toujours difficile de me dévoiler ainsi même sous x. C'est plus simple de raconter une aventure. Tout ce qui touche à mon corps est un sujet délicat.

vendredi 6 juin 2014

Ben voilà, je me suis fait attagué

666, c'était le nombre de pages vues sur ce blog pendant le mois courant ce lundi au petit matin. Note bien que Blogger écrit vues et je sais bien que ça ne veut pas dire lues et encore moins comprises, d'autant que Romain, et plus récemment Oh, me faisaient remarquer que certains de mes posts étaient quelques peu sybillins. Mais 666, tout de même, j'avais de quoi m'inquiéter pour les jours à venir.

jeudi 5 juin 2014

mercredi 4 juin 2014

A trop courir

Ces derniers mois il y avait eu cette soirée trop courte avec Will et la nuit mémorable avec Pio. Je vois bien désormais que mes désirs d'hommes ne pourront plus se satisfaire des contacts fugaces au goût d'inachevé. De retour à Paris j'avais attendu jusqu'au dernier moment que Pio me contacte. L'espoir était faible, la suite des remaniements de sa vie le conduisait à assurer la garde d'un de ses enfants. J'avais mis de côté avec regrets une invitation à passer ailleurs une soirée amicale qui m'aurait comblé, avec un ami cher et son homme. J'étais prêt aussi à annuler au dernier moment un diner professionnel, autre option de la soirée. Finalement, rien ne s'est produit et le diner fut annulé pour d'autres raisons.

lundi 2 juin 2014

A bien y penser, ce fut le premier qui me troubla vraiment

Je suis reparti quelques jours dans ma vallée cévenole. Deux mois après ce n'était pas si évident que ça de revenir dans la maison sans elle. Voir tous ces objets qu'elle avait placé ici et là. Se souvenir de mes voyages de jeunesse associés à certains d'entre eux. Et dans les tiroirs mes petits cadeaux enfantins de fête des mères.

samedi 24 mai 2014

Triste souvenir d'un corps médical

En ce moment chez Tto, c'est la dizaine du bambou magique. J'aime bien lire son blog et passer, au gré des jours et de ses séries, de sujets très sérieux à des choses plus délirantes, ou une combinaison des deux. L'un des derniers posts pourrait être sous-titré La sodomie pour les nuls. "Que ne t'ai-je lu plus tôt" commentais-je ! C'est vrai, à lire mon grand soir avec Pio, on pourrait s'étonner de ma découverte si tardive. A l'instar de Tto, je te rappelle d'abord que l'on "peut avoir des relations sexuelles sans qu'il y ait pénétration...", avec une pensée pour Lucien qui pour se dédouaner d'avoir fait l'amour avec moi m'avait dit quelques temps plus tard que ce n'était que du touche-pipi (Tu parles !).

En réalité, il m'a fallu du temps pour dépasser ce triste souvenir.

samedi 17 mai 2014

Au plaisir des courses

Comme tout le monde, je fais régulièrement des courses et il m'arrive d'être accroché par un sourire de vendeur ou d'être troublé par un physique qui me plait. Il y a un milieu qui est particulièrement intéressant pour les accroches masculines, celui des grossistes en matériel pour le bâtiment. C'est rare qu'il y ait des femmes dans ces hangars très techniques. Je ne parle pas des magasins de bricolage ni des diffuseurs de cuisine ou salles de bains où la gent féminine est plus répandue. Le milieu en question est masculin et affiche souvent son hétérosexualité. Pourtant il n'y a pas de raison objective à ce que les hommes à hommes y soient plus rares qu'ailleurs. Les décryptages sont seulement moins faciles que dans le milieu de la décoration.

dimanche 11 mai 2014

Gare !

Il m'était arrivé une seule fois de rencontrer une connaissance sur une aire de repos. C'était assez amusant. Il attendait au volant de sa voiture et quand il a m'a vu sortir de la mienne, il est descendu me saluer. Sans que je lui demande quoi que ce soit, il m'avait expliqué que revenant d'une longue tournée journalière il s'était arrêté pour se reposer un peu. L'explication n'a pas manqué de me surprendre car il ne lui restait que 10 km de route. Je n'ai pu m'empêcher de remarquer ses chaussures mouillée et couverte de brins de gazon. Était-ce un arrêt crapuleux qui l'avait conduit à s'égarer dans cette aire de repos aux pelouses fraichement tondue ? Cette aire était référencée sur le net pour les rencontres masculines mais je n'avais jamais pu le vérifier. Je restais dans le doute.

samedi 10 mai 2014

C'est bête

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.bfmtv.com%2Fd%2F890%2F500%2F1150027.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.bfmtv.com%2Fdiaporama%2Fbetes-448%2Fimage-46%2F&h=500&w=890&tbnid=OeyGEtwLz-StEM%3A&zoom=1&docid=bbfnGfQ1NU9K1M&itg=1&ei=QeJtU6_xOfH70gW244HgAw&tbm=isch&client=firefox-a&iact=rc&uact=3&dur=1277&page=7&start=212&ndsp=31&ved=0CHgQrQMwJjjIAQ
10 jours loin, quasiment sans internet, un décrochage. J'aurais pu écrire un peu, préparer des posts. Des textes ont émergé dans ma tête mais je n'ai rien formalisé. Je suis entré dans un recueil de nouvelles d'Alice Munro. J'ai eu du mal à franchir le seuil mais c'est bien. Des histoires de vies de femme à la première personne ou presque. Avec le poids de l'ascendance et des convenances. Comment y échapper, ou pas. Mener sa vie.

samedi 26 avril 2014

Fascination

Je le connais depuis longtemps. J'ai toujours été surpris de cette réserve trouble qu'il semble exprimer avec moi.  Alors que le tutoiement est habituel avec les collègues de cet organisme, il s'obstine à me vouvoyer et m'appeler Monsieur. Cela m'amusait jusqu’à ce jour de l'année dernière où je suis littéralement tombé sous son charme. Je l'avais toujours trouvé banal, avec un visage légèrement dissymétrique. Il était en train de m'expliquer une procédure un peu complexe. Je commençais à m'égarer dans ses explications, j'ai fini par me perdre dans ses yeux. Tout d'un coup, alors qu'il parlait, je l'avais trouvé terriblement beau et attirant. A partir de ce moment, je n'ai plus vu que cela, sa voix était devenue une musique. Je ne sais pas à quoi j'ai pu ressembler alors, j’essayais de donner le change par une expression posée et attentive, je montrais des signes de compréhension et d'accord.  Sa dissymétrie avait pris une grâce infinie et mon regard détaillait discrètement chacun des mouvements de son visage.

samedi 19 avril 2014

Première

Après le récit de mon grand soir, Romain me posait une question. Romain est un grand ami rencontré sur le net. Depuis septembre 2012, nous avons échangé plus de 800 mels, sur nous, nos vies, nos boulots, nos femmes et nos amants... En moyenne presque un message par jour de longueur très variable, parfois juste quelques mots, à d'autres moments une longue missive. Si cela devait s'arrêter, je crois que je ressentirai un grand vide. L'amitié et l'échange sont une belle addiction. Pour ceux qui comme Romain voulait savoir si ce qui m'est arrivé avec Pio lors de cette belle nuit d'amour était une première, je vais raconter...

dimanche 13 avril 2014

Les corps abandonnés

J'arrive maintenant à le toucher. Deux fois que je l'aide à se raser. L'autre jour je lui ai massé la nuque et j'ai même réussi à couper ces horribles poils qui lui tombent du nez. Toucher ce corps mou est une victoire sur ma relation au père. Je n'ai jamais compris comment on pouvait abandonner son corps.

samedi 12 avril 2014

Plus loin


Dans le concert de louange qui accompagnait le retrait de Jean-Louis Borloo de la vie politique Pascale Clark a livré une de ses impertinences qui vise à nous prouver sa liberté de ton et qu'elle a de l'esprit. Pour une fois, elle m'a fait sourire, elle était presque arrivée à donner l'illusion de la spontanéité.

dimanche 6 avril 2014

Le grand soir



Je n'ai pas spécialement envie de parler de politique ici mais je dois dire que j'ai bien aimé l'interview de la secrétaire nationale d'EELV interrogée sur la non participation de sa formation au gouvernement. Extrait : "Je caricature mais l'idée d'un grand soir contre un Parti socialiste hégémonique versus une nouvelle gauche vertueuse et formidable est un doux rêve. Je crois surtout aux petits matins, et c'est en travaillant au quotidien que nous rendrons l'écologie majoritaire.".

jeudi 27 mars 2014

L'hommage des temps

De passage à Paris cette semaine, j'ai aussi mangé avec Lucien. Il a atteint la quarantaine et finalement je trouve que la maturité lui va moins bien qu'à Pio. L'un des dernier posts de Quentin revenait sur la question récurrente de l'outrage des temps. Il m'est d'avis que dans beaucoup de cas on pourrait considérer qu'il s'agit d'un hommage.

mercredi 26 mars 2014

Un amour de Pio

Avec Pio, c'est l'une de mes très belles histoires. Ça a commencé sur le chat de Têtu, juste avant sa fermeture. Nous étions de vallées cévenoles voisines, encore un... Il n'y a jamais de coïncidence, seulement des choses qui doivent arriver même si elles ne sont écrites nulle part.

dimanche 23 mars 2014

Séquence hôtelière

Je suis dans un hôtel, ma porte n'est pas fermée à clef. On frappe à la porte. Il ouvre, mignon à craquer avec un joli accent du sud-ouest.... Je peux entrer ?

mercredi 12 mars 2014

Une robe d'été

Ça m'a pris comme une vague en sortant du travail. Depuis mon retour j'avais du mal à bosser et ce jour avait été meilleur. J'avais pris le volant sous les arbres qui projetaient des ombres géantes. Soudain j'ai pensé à lui seul dans la maison. Elle m'est apparu à son tour dans une robe d'été.

lundi 10 mars 2014

Le temps s'arrête un instant

J'avais essayé de me préparer depuis des années à l’inéluctable rupture définitive du cordon ombilical. Je savais bien ce dernier dimanche où j'avais pris sa main que c'était la dernière fois et qu'elle partirait après que je sois venu lui dire adieu.

jeudi 6 mars 2014

Mon prince Valentin

Les bords des eaux, où les corps se dénudent, sont propices aux révélations.
J'étais alors jeune pubère inconscient de certaines choses. Je venais de comprendre à peine quelles étaient ces humeurs qui s'échappaient de moi vers la fin de la nuit. Je n'avais même pas su trouver le plaisir de les faire jaillir plus tôt...

mercredi 26 février 2014

J'ai pris sa main

J'ai pris sa main dans la mienne sans la serrer. Sa main de vieille pomme ridée. Les souvenirs ont afflué aussitôt. Le cercle des femmes, Elle, la veuve noire, Cerise et plus loin la reine-mère et ses poisons. Je la revois si belle.

samedi 22 février 2014

En quêtes

En lisant les histoires d'aires des jours précédents, tu t'interroges peut-être sur cette propension à rechercher un plaisir fugace au goût d'inachevé. Je n'ai pas commencé par le début. C'est ainsi, ma pensée trois petits chats et ma gestion du temps font que mes écrits ne suivent pas un cours précis. Mais ça ne m'étonne guère car j'ai toujours aimé les scénarios qui dépeignent par petites touches sans cohérence apparente au risque de lasser le lecteur ou le spectateur.

vendredi 21 février 2014

Retour de loin

La route est longue. Après la neige, le soleil est finalement là et je me retrouve face à lui.
Je m'épuise à conduire.

jeudi 20 février 2014

Repos

J'ai raconté mes débuts autoroutiers. Les aires de repos ne sont pas des lieux toujours très délicats. On peut vite basculer dans le statut du morceau de viande. De quoi s'échapper bien vite. Je n'imaginais pas cette vie particulière, insoupçonnée par la plupart des automobilistes. Ce gars là, qui fume tranquillement une clope avant de reprendre la route...

mercredi 19 février 2014

J'avais les yeux ouverts

Je regarde ce qui nous reste quand le temps est passé. J'ai parfois souffert de ma mémoire trop grande et trop précise. Se souvenir est une peine quand on se souvient trop.

mardi 18 février 2014

Au moins ça

L'horreur absolue dans le couple, cette idée m'avait souvent traversé l'esprit. Et là, je me disais qu'il échapperait au moins à ça.

lundi 17 février 2014

Fratricide

On nous a annoncé officiellement ce que je savais déjà, que son état allait inexorablement se dégrader et que les soins finiraient par être inutiles et qu'alors, il faudrait décider de la laisser partir, si elle-même n'a pas déjà abandonné avant.

dimanche 16 février 2014

Sortir Milan...

Parmi mes résolutions de l'année, j'ai pensé sortir Milan de sa tanière. Milan est marié, avec des enfants, troublé par la question des garçons depuis bien longtemps. Bref, toute ressemblance avec bla, bla, bla...

samedi 15 février 2014

Fissures, 2

Un matin plus tard, à droite il ne restait que quelques traces et un léger réseau, comme à la surface d'une faïence qui a un peu vécu. À gauche, la fissure disparaissait également. Il décida d'en parler à son entourage.

vendredi 14 février 2014

Fissures

Il se passait une chose étonnante depuis plusieurs jours. Tous les matins il scrutait consciencieusement les deux fissures symétriques qui s'étaient progressivement ouvertes à la faveur des tempêtes de ces dernières années.

mardi 11 février 2014

Roue libre

J'ai mon frère au téléphone et il me dit "Cerise est morte". Je ne comprenais pas. Cela fait trente ans que Cerise nous a quittés.

jeudi 6 février 2014

Mon chef de gare

Ce matin j'ai vraiment failli craquer devant l'agent de la société des chemins de fer qui me délivrait le billet. Je venais d'attendre un bon moment derrière deux femmes et leur problème de billet et de numéro de carte.

dimanche 2 février 2014

L'estime

Dès le début je crois avoir eu un problème avec le masculin et le féminin, ou plutôt entre la stricte adéquation entre ces deux qualificatifs et les substantifs homme et femme.

vendredi 31 janvier 2014

Des peurs

Il fallait y aller. C'était peut être la dernière fois. J'en étais arrivé à l'espérer pour elle. Il y a un temps pour tout. Quand la vie te lâche autant ne pas risquer l'horreur absolue. Je ne souhaite à personne la vie d'une plante d'appartement.

lundi 27 janvier 2014

Le regard des papas

Je suis allé courir comme prévu. Tranquillement, un peu sur les bords de rivière puis dans le bourg proche. J'ai traversé le parc où je jouais gamin. Un œil en passant sur le coin des rencontres.

jeudi 23 janvier 2014

Le rendez-vous manqué

Il faudra que je fouille un peu plus mes souvenirs : je ne me souviens pas bien de Franz avant le cours moyen. Et pourtant, il habitait dans la même rue que moi depuis la maternelle.

samedi 18 janvier 2014

Le plaisir des yeux

Higelin en concert parle de ses fans. L'une d'eux l'aborde.
- Ça fait plus de 20 ans que je vous suis.
- Je ne vous avais pas vu. J'avance et je ne me retourne jamais.
Ce serait si simple de pouvoir. C'est comme quand tu t'en vas de chez toi. Est-ce que j'ai éteint le gaz ?

jeudi 16 janvier 2014

Débuts autoroutiers

Je ne pensais pas qu'il s'en passait tant sur les aires de repos des autoroutes. C'est le blog de πR, fermé depuis 2010, qui m'a initié. Entre autres choses, il racontait sa propre découverte de ces lieux. J'ai fini par oser moi-même.

mercredi 15 janvier 2014

Le premier ami

Je n'ai pas le souvenir d'un ami avant lui.
A la maternelle, je ne me souviens que de petites filles. Celle qui me donnait la main lors de la fête de fin d'année de la grande section, ou celle avec qui nous faisions des araignées en feuilles de platanes délimbées pour faire peur aux autres enfants.
Peu de souvenirs, non plus, du cours préparatoire.
Émile est arrivé l'année suivante.

mardi 14 janvier 2014

Délires autoscootés

Ce n'est pas à moi qu'un truc pareil serait arrivé. J'ai toujours eu horreur d'être derrière sur le porte-bagages. Pourtant j'ai une belle image en tête, celle de Il compleano (David's Birthday)1, quand David et Matteo partent en scooteur. Tu es derrière l'être aimé, tu te serres contre lui ou tu te lâches, les bras tendus en arrière, tout en confiance.
Mais là je délire, au volant c'était le garde du corps.

dimanche 12 janvier 2014

Humeurs

Cette nuit de ma vingtaine, la douche froide du lendemain.
Le corps vibrant de désir, mais pour longtemps endormi.
J'étais alors à l'armée, au milieu de tant d'hommes. Physiquement fin, intellectuel, pudique et goutant peu les arts graveleux, j'avais tout pour paraître efféminé...
Il fallait que je sache.

jeudi 9 janvier 2014

Sacrée vigueur

Je reviens sur ce premier souvenir érectif. Je n'imaginais pas à quel point cette part de moi-même allait autant me tarauder.
Mes érections furent toujours incontrôlables. Je mis longtemps à comprendre qu'à défaut de les dominer je pouvais néanmoins les calmer, temporairement.

mardi 7 janvier 2014

L'histoire de Maurice. 1, la rencontre

Je rentrais des Cévennes, un peu tristounet car c'est de plus en plus difficile pour moi de repartir de là-bas. Après l'âge d'or de mon enfance, ma famille a passé des moments très difficiles et les relations se sont distendues dans tous les sens. Puis depuis quelques années, les choses se repositionnent et un nouvel équilibre agréable s'est mis en place. La roue tourne finalement.
Dans une fête, j'avais croisé un couple de garçons. Je dis de garçons car c'est comme ça qu'on les appelaient : les garçons. Joli jeune couple, avec un petit écart d'âge, dans la discrétion totale mais une sensibilité et une tendresse évidentes. Ça m'a fait envie de la tendresse d'un homme.
J'avais envie de revoir la mer.