dimanche 3 juillet 2016

Le dubitatif

Les phénomènes d'attirance exercent pour moi une certaine fascination. J'aime assez les observer y compris lorsque j'en suis moi-même acteur, avec cette capacité au dédoublement temporaire.
L'ambiance s'était débridée. Même le serveur était passé de l'autre côté. Il me plaisait bien mais j'ai vite compris que je ne l'attirais pas vraiment. Il en avait surtout pour un dont je ne trouvais rien de spécialement excitant. J'avais pris du recul malgré les incitations de mon coatch autoproclamé pour la soirée.
Le dubitatif est arrivé un peu plus tard. Il s'est calé à l'opposé. Je le trouvais mignon dans une fine enveloppe charnelle qui dessinait des muscles souples. Mais il avait cet air supérieur et renfrogné qu'il ne quitta guère de la soirée. Il observa longtemps. Certains avaient tenté de l'approcher mais il les avait dissuadés avec des commentaires peu amènes.
De mon côté, j'avais joué avec l'architecte et le coatch.
Plus tard, il est venu s'asseoir contre le bar, près de la porte. Je crois que c'est l'archi qui a commencé à discuter avec lui. J'ai commencé plus tard à lui parler. Il répondait avec le visage fermé par un léger sourire en coin, et les hochements de tête désabusés de celui qui se fout un peu de ta gueule. Je crois que c'est ça qui m'a donné envie d'aller plus loin.
On ne vient pas dans un tel lieu simplement pour boire un verre ou fumer une clope dans un réduit de trois mètres cube. 
Je l'ai suivi dans le fumoir. Je peux pas dire qu'il me déshabillait du regard puisque nous étions déjà nus mais cela revenait au même. J'ai eu droit à une série de commentaires désobligeants notamment sur le choix que j'avais fait de ne pas garder mes chaussures et de préférer des tongues. Il tenta d'imaginer ce que je pouvais porter comme chaussures, le mot de mocassins s'échappa de ses lèvres avec dégoût. Cela me fit sourire : je n'ai jamais porté de mocassins, je déteste, j'ai d'ailleurs beaucoup de mal à me chausser, je trouve rarement chaussure à mon pied, sauf à passer sur des marques plus créatives mais chères, Ça devenait très excitant de voir la suite...
Il m'a donné une cigarette de très mauvaise grâce et son briquet en soufflant. Je le laissais poser des questions de merde auxquelles je répondais de manière évasive. Il doutait que je puisse faire quelque chose de son tempérament passif au vu de ma verge flasque, phénomène plutôt rare mais qui s'expliquait par le bon temps pris avec l'architecte. Je lui répondais qu'il ne tenait qu'à lui. Le dialogue, difficile de parler de conversation, s'est poursuivi dans la salle. Le retour de ma raideur a fini par lui donner envie. En réalité il n'attendait que ça et je le pris allongé sur une banquette. 
J'aurais préféré le labourer en missionnaire pour voir son visage s'ouvrir. Mais il préféra une levrette. Cependant il se retournait souvent, le sourire qu'il arborait et les lèvres qu'il me tendait me réjouissaient d'avoir supporté ses aigreurs.
Je tenais sa queue bien en main, voulant le conduire à la jouissance. Je lui chuchotais cette envie de le sentir venir. Il n'a pas voulu me l'offrir. Soudain, il m'a repoussé. Le jeu était terminé. Son visage s'est refermé.
J'ai rejoint l'archi et le coatch. Lui n'a pas tardé à partir.
Drôle de bonhomme.


8 commentaires:

  1. Fantasme bien rédigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil Anonyme (un petit pseudo la prochaine fois je te prie...) mais rien n'est fantasmé dans ce récit... Dans les aventures que j'ai pu rencontrer ici pour le moment une seule est rêvée.

      Supprimer
  2. Ça fait beaucoup pour un seul homme ! Un Adonis peut-etre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est possible que ce soit trop. Pour le reste, je ne saurais juger mon apparence, si c'est bien de cela qu'il s'agit. Mais ce qui est certain, c'est que je semble dégager quelque chose.

      Supprimer
  3. C'etait pour rire ;vos billets sont toujours plein de verve ; le prochain ,quand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ... Bientôt pour le prochain, j'ai un peu de matière en réserve !
      Pensez au pseudo, comment vous reconnaîtrais je quand vous reviendrez commenter ?

      Supprimer
  4. Sortez de votre réserve ! La source serait elle tarie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de témoigner de votre impatience, mais non Julius, c'est juste le temps qui m'est compté en ce moment !

      Supprimer