mardi 25 avril 2017

Jim rentrerait un peu plus tard

En attendant Jim, je suis allé à la rencontre d'une espèce d'homme assez particulière que j'avais déjà failli croiser antérieurement : l'hétéro qui s'inscrit sur un site de rencontre gay uniquement pour trouver un homo pour le masser car sa copine n'aime pas faire ça. Furieusement intéressant pour compléter ma palette de garçons sensibles.

lundi 24 avril 2017

Un président de pérorette ?


C'est joué donc.
Je ne peux pas dire que j'ai été convaincu par le long, creux et assommant discours de notre futur président de la République, hier soir.

mercredi 19 avril 2017

Glanes #25 qui va se faire tailler un costard ?

Désolé, je procrastine un peu, pour ceux qui attendent la suite de mon avant-dernier billet. Je sais que ça ne se fait pas et que je vais agacer au moins une personne mais c'est ainsi. Je voulais aussi finir ce petit texte en attente.
J'ai fait le test en ligne pour savoir de quel candidat je suis le plus proche, au cas où je ne saurais pas bien lire les programmes. Et le résultat est... Méluche ! Il dépasse de 10 points celui pour lequel je vais voter. Je n'y crois pas.

samedi 15 avril 2017

Sûr, j'allais revenir

La première fois que j'ai dormi chez Jim, l'appartement était surbooké. Un bnb s'était trompé de jour. J'avais eu la chambre prévue, l'autre bnb celle d'appoint et Jim avait dormi sur le canapé.
Jim est un petit bonhomme fin, très brun selon ses origines méditerranéennes, avec des cheveux noirs courts et épais qui doivent boucler quand il les laisse pousser. Avec une barbe de trois jours comme je les aime.

vendredi 7 avril 2017

Et si je l'avais fait ?

La fin de nos études communes approchait. Tout avait commencé trois années auparavant dans cette ville de l'est de la France, très dépaysante après mes horizons montagneux. Hugo m'avait sympathisé très vite. Je le dis ainsi car il était particulièrement déroutant par son allant, son franc-parler et certaines attitudes qui pouvaient passer pour un manque d'éducation. Culturellement nous étions en apparence à mille lieux l'un de l'autre, nous en étions parfaitement conscient et notre amitié en a étonné plus d'un. Évidemment on pensera à l'adage populaire. Le temps qui passe continue de nous montrer comment nous pouvons être si proche malgré cette distance qui nous sépare et que nous avons cœur à éliminer au moins une fois par an.

samedi 1 avril 2017

Le plus gros poisson qu'on ne m'ait jamais collé

Philippe m'envoie un petit message. Tu connais Hugo Stan ? Si je le connais ? C'est l'un de mes deux meilleurs amis de ma vie au grand jour. Je réponds. Pourquoi ? Je suis déjà légèrement fébrile. Comment peut-il avoir entendu parler d'Hugo ? C'est mon amant... Je crois rêver.

samedi 25 mars 2017

Le décroissant one-shot

Il m'a capté un soir avant de m'endormir. Au réveil, il était encore là, très chaud. Sur la route, j'ai continué inconsciemment à répondre à ses textos avec la reconnaissance vocale, jusqu'à lui transmettre une interception d'Inter que j'écoutais en même temps. Je lui ai dit que ce serait plus prudent qu'on s'appelle, ce qu'il a fait.

mardi 14 mars 2017

Ne jamais se prendre la tête

Je me douche. Un jeune homme baraqué et très brun fait de même. Il me regarde. Il a l'air jovial, effronté même. Il s'approche de moi et me touche les fesses. Ce cul que tu as ! s'exclame-t-il. Je suis légèrement surpris, par sa manière de m'aborder, sans froid au yeux, pas tellement par l'absence de préliminaire, sans s'être longuement fixés, suivis ou croisés dans le dédale, mais par le lieu, ce n'est pas si courant dans les douches. Et puis, on ne m'a jamais dit une chose pareille.

lundi 13 mars 2017

Bimbo passée

Je prends le café en terrasse, au soleil. A la méridionale. Je suis seul mais si on était plusieurs on serait aligné, dos à la vitre, le regard vers le trottoir et la route. La poste est juste à côté. Une grosse voiture s'arrête en double file, sur l'autre rive. Une BM. On voit à peine le chauffeur mais il a l'air massif, grisonnant, dégarni. Elle sort de la place du mort. Elle attire forcement l’œil.

vendredi 10 mars 2017

Chabadabada

La montagne s'engrisaille sous la lumière  d'un jour ensoleillé où il fait bon s'installer à la terrasse d'un café. Ils viennent de se quitter.

jeudi 9 mars 2017

De la journée de la femme

C'était hier. La journée de la femme n'est pas une fête. Si tu as ramené un bouquet, fait inhabituellement la vaisselle, proposé de faire cric-crac ou je ne sais quoi encore, c'est que tu t'es trompé de jour même pire que ça.

mercredi 8 mars 2017

Qui suis-je ?

J'ai toujours été curieux des tests psychologiques. La première fois que j'ai bricolé sur un ordinateur au club informatique du lycée, le programme consistait justement à faire tourner un test récupéré sur le quotidien qu'on lisait à la maison. Je me souviens encore du titre, "êtes-vous prisonnier de conventions courantes ?", et aussi du rouleau de sauvegarde que je dois encore avoir dans une boite par là. Le test était basique, mais ce qui m'avait amusé c'est que je ne l'étais pas. Là ce coup-ci j'ai fait le test de l'Hexaco, après avoir lu les résultats de Tto puis de Tambour-Major.

samedi 4 mars 2017

De choses en apparence anodines qui changent le regard

"Parce que... je suis une femme et que donc, vous concernant, vous ne pouvez pas être bien à moi (...) Je vous souhaite du bien à vous et non pas par un mot-à-mot qui signifie ce que ça signifie (Votre dévoué, par exemple)."
C'est que m'écrit cette lectrice après avoir lu mon précédent billet. Je souris de ma naïveté qui a jusqu'alors masqué le double sens possible de l'expression comme il a fallu qu'on m'explique un jour cette contrepèterie que j'entendais pourtant depuis des mois et avec laquelle Augustin Trapenard interpelle Patrick Cohen tous les matins que France Inter nous donne. Salut Patrick ! pour ceux qui sont rivés sur une radio sans ingénieur du son.

lundi 20 février 2017

Bien à toi

C'est une lectrice qui m'écrit "Comme un post-it à moi-même : réfléchir au pourquoi du comment que le bien à vous, chaque fois que je le lis, me fait un effet Brrr! souriant. :)".
J'avais hésité sur le bien à vous.

mercredi 15 février 2017

Glanes #24 ces posts que je ne ferai plus

Février est un mois en creux. Tu le sais depuis toujours. Tu te souviens bien sûr du procédé mnémotechnique qui permet de retrouver le nombre de jours de chaque mois. C'est marrant, j'hésite encore parfois pour novembre. Puis je me dis, ben non, octobre c'est 31 - je le sais car j'ai un anniversaire à cette date - donc novembre c'est après, donc c'est 30. Je pourrais aussi bien penser que décembre c'est aussi 31 passe qu'il y a le réveillon. Ben non, je ne le fais pas dans ce sens. C'est comme ça.

mardi 14 février 2017

Je devais prendre le train

Rien ne se passe souvent comme je l'avais prévu. On pensera à un lieu commun. Pourtant nombre de vies sont bien réglées et laissent peu de place au hasard. Moi, j'ai beau planifier et essayer d'organiser, la part d'aléas reste exceptionnellement élevée dans ma vie. Tiens par exemple ce dernier jour où je devais prendre le train pour partir en réunion dans cette ville que j'aime tant.

dimanche 29 janvier 2017

La vergonha (la honte)

Je me souviens d'un couple de retraités vénérables chez lequel je me réfugiais parfois enfant pour échapper à la reine-mère lors de mes vacances au pays taiseux. Il avait bien vécu d'une vie sage, laborieuse et économe. Il coulait des jours paisibles au bord de la rivière dans un village ni plus ni moins méchant que les autres, mais où la vindicte populaire a vite fait de mettre en examen sur la base de convictions alimentées moins par des faits avérés que par des inimitiés ancestrales dont on a la plupart du temps oublié l'origine.
L'homme quand il ne cultivait pas son jardin s'impliquait pour une association. Il arriva qu'après une manifestation il manquait quelque chose comme 300 francs dans la caisse.
Cet homme bon comme le pain fut accusé.

lundi 23 janvier 2017

Désordres capillaires

Un billet récent de Tto sur sa couleur de cheveux a eu un drôle d'effet sur moi, déclenchant un rêve pas tout à fait saugrenu.
Je suis sensible aux questions capillaires depuis ce jour où une caractéristique de mon visage m'a fait devenir le repoussoir de mes camarades, y compris de mon ami le plus cher.

dimanche 22 janvier 2017

La semaine où...

C'est l'heure du bilan annuel de ce blog. C'est aussi la semaine où il a dépassé 100.000 pages lues. Le nombre de pages vues a augmenté de 46 % en un an alors que j'ai publié seulement 6 billets de plus.
Je note que Blogger parle de pages lues et Google analytics de pages vues. Serais-ce à dire que je n'ai pas de garanties que tu les aies lues et encore moins comprises comme on peut lire sur certains accusés de réception de mels ? Je n'en crois pas un mot...

jeudi 12 janvier 2017

Glanes #23 selfie intime

Je suis en train de rater le premier débat de la primaire de la Belle alliance populaire. Je ne sais pas trop où mettre la majuscule. Hors noms propres, je mets toujours un point d'honneur à n'en mettre qu'une. J'aurais pu choisir Alliance. Ou Populaire. Mais Belle ça en jette non ? Peut-être qu'il faut écrire Belle, parce que la Bête n'est pas loin.

vendredi 6 janvier 2017

Chat timide fait souris effrontée

Dans les brouillons, je retrouve ce titre et cette image, sans texte. Je me souviens que c'était une idée de billet sur le Steve d'en face, mon voisin qui court, pour lequel j'avais d'une certaine manière commencé une série. Mais je m'étais arrêté à ce texte, intitulé le chat et la souris.

mercredi 4 janvier 2017

10 choses que je vais essayer de ne plus jamais faire du reste de ma vie

Je suis un peu comme l'Esther de Riad Sattouf dont je lis une page de cahier chaque semaine, j'aime bien les listes. Certaines choses doivent être dites, écrites mêmes. Et classées par ensembles les plus pertinents possibles quand on est un être organisé. Quand on sait mon bordel apparent, des qui me connaissent bien pourraient en rire. En fait, ce n'est pas une simple histoire de classement, on laisse pas une chose toute seule. Par exemple, je ne vais pas garder un seul bouchon de liège. Donc, je remplis une boite et quand la boite est pleine, j'en fais une deuxième, sur le même principe. Celui qui n'a jamais fait de collection ne peut pas comprendre. Ceci dit, je ne collectionne pas les bouchons, enfin pas vraiment. Mais je ne sais pas les jeter. Je les mets dans un tiroir et, de temps en temps, il y en a un qui sert. Ce qui est bizarre, c'est que le tiroir n'est jamais plein. Or chez moi, on débouche plus de bouteilles qu'on n'utilise de bouchons. Quelqu'un doit les mettre dans une boite.

lundi 2 janvier 2017

2016, in memoriam

Avant de m'engager pleinement dans un nouveau millésime, je jette un coup d’œil dans le rétroviseur. J'espérais de 2016. L'année fut particulière. Il n'est jamais anodin de perdre le dernier de ses parents. Il faut se faire à l'idée d'être désormais en tête du cortège de la vie. Cette fin a aussi bouleversé mon jardin secret, mettant un terme à mes retours réguliers en solitaire au pays taiseux.